The Swans

The Seer

Young God Records (2012)

Swans-The-Apostate

Le nouvel album des Swans sort aujourd’hui ! Le groupe du grand Michael Gira revient plus fort que jamais avec un album, « The Seer », qui à l’image de la pochette est sauvage, indomptable. Ils ne font pas de concessions sur leur travail et leur album n’est pas du genre de ceux que l’on met en fond lors d’une petite soirée entre amis. C’est une expérience, une aventure à vivre seul, un casque sur les oreilles, pour pouvoir entrer en transe pendant le voyage musical psychédélique qui nous est proposé. Les morceaux sont intenses et puissants, avec certaines chansons qui durent plus de 30 minutes, sans jamais devenir lassants.

Il semble qu’il y ait une étrange tendance à propos de ce groupe. En effet, aux premières écoutes, leurs albums sont difficiles d’abord. Puis plus on les écoute, plus ils nous emmènent dans leur univers et dans la folie qui occupe leurs esprits torturés. A partir de ce moment-là, il est trop tard, vous êtes contaminés par le virus Swans. « The Seer » est cependant bien différent du précèdent opus « My Father Will Guide Me A Rope To The Sky », magnifique album signant la reformation du groupe. La présence de chœurs, de piano et d’une voix féminine sont déroutants mais parfaitement orchestrés. Les intervenants se succèdent sur l’album, on y voit Karen O des YEAH TEAH YEAHS, les chœurs de Akron/Family, Ben Frost, Sean Mackowiak de Mercury Rev et même le retour de Jarboe, la muse chanteuse et pianiste / clavier du groupe de 1985 à 1997, date de la séparation du groupe.

Pour en revenir à l’album, la description n’est pas aisée. Après deux heures d’écoutes, on ne comprend pas vraiment ce qu’il vient de nous arriver. Gira dit que l’album « a mis 30 ans à se faire. C’est le point culminant de tous les albums des Swans et même de tout ce que j’ai pu faire musicalement. » De quoi nous mettre l’eau à la bouche. Le premier CD est agressif, presque offensif, comme prêt à en découdre avec l’auditeur. Le second est plus psychédélique, rappelant par moment le meilleur de The Angels Of The Sky. Les guitares nous martèlent le tympan, la batterie est presque spartiate et les paroles, souvent répétées en boucle, tel des mantras, donnent l’impression d’incantations shamaniques. Il est presque impossible d’écouter les chansons une par une tant on sent qu’elles font partie d’un tout. Les Swans, c’est une atmosphère, une ambiance pesante et inquiétante appuyée par des progressions lentes mais travaillées. Le meilleur adjectif que j’ai trouvé pour le moment pour caractériser l’album est hypnotique. Comme si pendant deux heures, nous subissions une lobotomie musicale pour n’avoir plus qu’un mot à la bouche à la fin de l’écoute : Swaaaaaaaaans.

L’objectif musical de l’album selon Gira est « la beauté et l’ecstasy ». Mission accomplie.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.