terraformer

TERRAFORMER

The Sea Shaper

(2012)

Premier album pour ces belges qui mélangent post métal, sludge et math rock avec une aisance déconcertante. Certes surement pas le genre de cocktail à prescrire pour une soirée lounge mais un mélange explosif qui devrait ravir les fans de Pelican, Isis ou Amenra (belges également et quand on connaît le potentiel de ce petit pays cela n’a rien d’étonnant). Armé d’un concept (toujours dangereux les concepts albums) tournant autour de Poséidon, le disque alterne les vagues mélodiques avec les torrents dévastateurs, le chant est presque inexistant et se résume à de très rares complaintes au cœur d’une tempête implacable. Les deux courants qui s’entrechoquent bénéficient d’un soin tout particulier dans leurs constructions et sans révolutionner le genre, le groupe prouve qu’il s’applique à voguer sur des mers connues mais avec élégance (« Pieuvre méduse », « Cross Bearing », « R’lyeh »).

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.