portico

PORTICO

Living Fields

Ninja Tune/Pias (2015)

Portico Quartet n’est plus… Vive Portico ! Si les 4 londoniens exploraient les limites du jazz, enjambant parfois allègrement les lignes le séparant de l’électro et de la pop – on se souvient de leur précédent album éponyme paru chez Real World en 2012 – le pas est désormais radicalement franchi avec “Living Fields”, premier opus depuis leur passage chez Ninja Tune.

Keir Vine, le claviériste et joueur de hang qui remplaçait l’un des membres fondateurs du groupe Nick Mulvey a quitté le projet en 2013, donnant l’impulsion nécessaire au trio restant, composé du saxophoniste Jack Wyllie, du batteur Duncan Bellamy et du bassiste Milo Fitzpatrick, pour se renouveler voire pour se réinventer. C’est ainsi que Portico a redéfini sa musique en la structurant davantage, en donnant à la voix une importance primordiale et en y intégrant pleinement la composante électronique, que ce soit dans le processus d’enregistrement comme dans le traitement des textures sonores.

“Living Fields” porte bien son nom, ses 9 pistes sont autant d’écrins instrumentaux aux mélodies mélancoliques et aux ambiances planantes, dédiés à accueillir les chants envoûtants de Joe Newman (du groupe Alt-J), Jamie Woon et Jono McCleery. Gorgé d’échos, de reverbes, de nappes vaporeuses, d’arpèges hypnotiques et des grondements d’une basse lointaine, le disque est ponctué de beats lourds délivrés avec parcimonie et lenteur via des programmes et des enregistrements live, ses atmosphères nous font immanquablement penser aux géniaux James Blake, SBTRKT ou Radiohead.

Portico, en s’éloignant du futur-jazz de ses débuts, s’oriente vers une certaine vision hallucinée et céleste de la pop, il se forge ainsi une nouvelle identité en en bousculant les codes. Bien que ses expérimentations ambient et electronica rappellent encore ses travaux du temps du Quartet, on notera la disparition des improvisations et des solos aux dépends du déploiement des lyrics et de l’élaboration d’ambiances fantomatiques instables, intimistes et sombres. Portico conçoit une bass music fascinante et typiquement anglaise, un univers post-dubstep désintégré et éthéré, nous préparant à un après “Living Fields”.

A propos de l'auteur

Dj, collectionneur et chroniqueur musical. www.les-chroniques-de-hiko.blogspot.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.