Oozing Wound-Earth Suck

OOZING WOUND

Earth Suck

Thrill Jockey (2014)

Après avoir frappé un grand coup (dans tous les sens du terme) avec son premier album « Retrash », le trio originaire de Chicago remet donc le couvert avec « Earth Suck ». Au programme du trash, de l’autodérision, du trash, de nombreux constats sur la société et du trash.

Car en sortant ce nouvel album, Oozing Wound n’a pas changé d’optique et a décidé de nous offrir ce qu’il sait faire de mieux, une déferlante d’énergie accompagnée de riffs puissants et acérés.
Il peut sembler parfois étrange de parler de trash à proprement parlé tant le style semble presque avoir disparu de la surface de la Terre, mais c’était sans compté sur Zack Weil, Kyle Reynold et Kevin Cribbin, réunis une nouvelle fois pour assoir leur domination pure et simple sur le genre musical.

On pourrait parfois comparer le groupe à Municipal Waste dans son auto-dérision et son énergie, mais Oozing Wound réussit à tirer son épingle du jeux en ajoutant une énergie furieusement rock, dans la composition comme dans la production.
Nous sommes malgré tout obligés de nous incliner devant ce « Earth Suck ». Furieux, puissant, rapide, le disque est simplement excellent. On a même parfois l’impression de retrouver nos 14 ans, impressionné et excité à l’écoute d’un nouvel album de Slayer ou Kreator.
Une fois de plus Oozing Wound n’épargnera personne dans ses textes. Le groupe se délecte de l’absurdité de notre société et de tous les genres et styles régissant un grand nombre d’entre nous. Dans « Earth Suck » le groupe offre des portraits de plus en plus extrêmes de la décadence morale et de la société à travers les yeux de personnages dont toute vraisemblance à des personnes existantes n’est aucunement fortuite. Que ce soit les « poseurs » (« Going Through the Motions Til I Die »), les hippies (« Hippie Speedball » : « I can’t wake up without my hippie speedball »), bref tout le monde en prend pour son grade et avec grande classe en plus.

« Earth Suck » est un condensé de puissance, d’énergie et de pur plaisir. Rageur, servi par un son dantesque, ce nouvel album de Oozing Wound frappe très fort et risque de laisser quelques traces indélébiles sur nos petites joues barbues…

 

A propos de l'auteur

Rédac' chef, musicien passionné, graphiste et Dj de garden party sauvages.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.