Loudblast-Burial-Ground

LOUDBLAST

Burial Ground

Listenable Records (2014)

Quand on s’attaque à la chronique du dernier album de Loudblast, on ne peut pas s’empêcher de penser au statut de ce groupe. Pionnier du death metal en France (aux côtés d’Agressor), alors que le mot « death metal » venait à peine d’être inventé par de grands gaillards ébouriffés, Loudblast est une véritable légende du métal hexagonal. Nous sommes nombreux à nous rappeler les grandes baffes que le groupe a distribué lors de la sortie de « Disincarnate », « Sublime Dementia » ou encore « Cross The Threshold » (avec les petites pointes d’érections qui vont avec les pochettes de ces 2 derniers…). Malheureusement comme beaucoup de groupes, Loudblast a ensuite vécu une véritable traversée du désert. Enfin plus ou moins, car même après avoir splitté en 99, le groupe n’a pas réellement quitté le monde du métal et la preuve en est avec « Burial Ground », dernier concentré de distorsion que nous présente le groupe aujourd’hui.

Les changements de line-up et autres galères en tout genre n’auront pas eu la peau de Loudblast, bien au contraire à en croire le contenu de « Burial Ground ». Le groupe n’a rien perdu de sa splendeur ! Exit les longues réminiscences heavy qui auront quelque peu divisé les fans (« Fragments »), Loudblast se concentre sur l’essentiel aujourd’hui : le métal dans toute sa puissance. Les fans retrouveront les styles de riffs qui ont fait le gloire du groupe, les mises en places et les mélodies. Tout sonne comme du Loudblast, tout sonne death metal. Autant le dire tout de suite, dès les premiers titres, tous les doutes s’envolent, seules les certitudes restent : Loudblast est toujours aussi percutant. La voix de Stéphane Buriez est encore plus puissante et la production du disque est tout simplement parfaite. On retrouve à la fois une puissance fracassante (« Soothing Torments ») et une ambiance sombre et travaillée à la perfection comme dans « The Void », titre à mi chemin entre l’atmosphérique de Hypocrisy et les harmonies vocales de Gojira.

Loudblast fait ce qu’il sait faire de mieux, à savoir nous marteler de riffs lourds, dévastateurs mais également rapides et percussifs. Une petite embardée stoner rock dans « Ascending Straight In Circle », nous fait lâcher un bon vieux « putain !!! », on en redemande !

Sans oublié les passages lourds rappelant par moment Morbid Angel (« The Path »), la palette de riffs est donc riche et nos oreilles s’en voient comblées. Et si en plus de ça je vous dit que le groupe a réussi à parsemer ses titres de moment intenses et atmosphériques très typés black metal, alors vous me direz sûrement que je débloque complètement… Hélas (ou tant mieux) non. « Burial Ground » est un album réellement riche, ce qui est malheureusement assez rare dans la plupart des productions du moment pour être signaler.

Le talent de composition du groupe n’a donc pas souffert des années et le groupe a également eu l’intelligence de garder un style très « death metal old school » tout en sachant s’inspiré de ce qui se fait de mieux dans les productions actuelles

En somme, « Burial Ground » semble sonner le renouveau du groupe, sans que celui-ci n’est pas vraiment besoin de démontrer quoique se soit. Loudblast confirme néanmoins une chose : il est et restera LA référence du métal en France et franchement… Ça fait plaisir ! Le vieux fan de death (et vieux con de surcroit) que je suis est aux anges et se délecte de cette galette (c’est le terme qui justifie mon côté vieux con).

Un disque à écouter sans attendre !

A propos de l'auteur

Rédac' chef, musicien passionné, graphiste et Dj de garden party sauvages.

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.