ASOL

A STORM OF LIGHT

Nations to Flames

Southern Lord Records(2013)

 

Josh Graham nous avait bien prévenu, le jour où A Storm Of Light avait mis en ligne le premier extrait de leur nouvel album : « Fall », que ce nouvel opus serai plus direct et rentre dedans. Mais il avait omis de nous préciser que, « Nations To Flames » allait bien nous botter le cul comme il se doit ! Pas besoin d’être un expert en matière de branlée musicale pour comprendre que nous sommes en présence d’un disque qui risque bel et bien de marquer les esprits. Pas besoin non plus de tourner autour du pot bien longtemps pour qu’au final tout le monde soit d’accord, avec ce nouvel album : A Storm Of Light impressionne au plus haut point. Que se soit la production quasi irréprochable comme la qualité des compos, tout est réuni pour assouvir notre passion de la bonne musique bien grasse, lourde et un tantinet couillue.

Le même Josh Graham nous avait également prévenu que dans ce nouveau disque, le groupe affirmerai ses influences et la plus criante reste tout de même Killing Joke que se soit sur les titres « Fall » ou « Apostles of Hatred », notamment grâce au traitement de la voix quasi identique au travail effectué sur la voix de Jaz Coleman. Bien entendu, le rendu se veux bien plus « métal » que sur les albums précédent, on frise même parfois le bon vieux heavy, « Omen » et ses relents de vieille bière dégueulasse à la Ministry ou « Disintegrate » proche d’un bon vieux Metallica (l’époque ils ne jouaient pas encore devant un prompteur…).

Bien sûr, le groupe n’a pas pour autant laissé tomber son penchant pour la musique « post-ce que vous voulez ». Alliant lourdeur et puissance, à l’image des premiers albums. Ce genre de titres lourds, relevés par des synthés ravageurs, le tout baignant dans une ambiance noire à souhait. (« The Fire Sermon »). Au final, l’album sonne non seulement plus métal mais puise également son énergie dans l’indus’ (« Dead Flag »). Un cocktail rudement bien dosé qui rend chaque titre captivant, fracassant, voire parfait.

Par contre, Josh Graham ne nous avait pas prévenu que pour écouter cet album sublime, il fallait avant tout ce taper une pochette immonde, égarée entre émocore et Killzone 3 sur Playstation 3. Bon c’est sûr, on ne peut pas être bon partout et après tout, ce ne sera pas la première pochette dégueulasse que l’on voit et sûrement pas la dernière. Bon … ok … j’avoue, il fallait bien que je trouve un truc négatif à dire sur cet album. Et franchement, je n’ai trouvé que ça à redire sur « Nations To Flames » qui s’impose tout simplement comme la claque du moment.

Josh Graham nous avait prévenu…

 

[youtube id= »ScYMdLAzGFY » width= »620″ height= »360″]

A propos de l'auteur

Rédac' chef, musicien passionné, graphiste et Dj de garden party sauvages.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.