Théâtre de la Licorne, Cannes (27 Janvier 2012)

 

L’annonce du projet aura suscité la curiosité et/ou l’impatience chez beaucoup, en effet Hannah a réussi a depuis quelque temps, et ce grâce à un travail incessant, à attirer un public de plus en plus nombreux vers son univers qualifié pour faire simple de nervous Folk. La rencontre avec le monde du classique n’est certes pas une nouveauté et a donné de très bonnes choses (Rachel’s, Venus pour « The Man Who Was Already Dead ») mais aussi parfois des moins glorieuses.

Le concert auquel on a pu assister faisait définitivement partie de la première catégorie.

En première partie Le Quatuor à Cordes de Sébastien Truchi va à l’instar du String Quartet revisiter des classiques de ces vingt dernières années en mode classique. Avec un spectre assez large, allant de Mr Bungle à Alain Souchon en passant par Rage Against The Machine ou Radiohead, les quatre musiciens s’approprient des titres phares et les montre sous un nouvel aspect, ce qui est au minimum assez intéressant pour peu que l’on connaisse les originaux voire carrément troublant si en plus de cela on est fan. Une prestation audacieuse et efficace.

« Tonight We S(tr)ing ! »

Ensuite c’est au tour de Hannah qui va avec l’aide de six musiciens (cinq cordes et un piano) nous transporter dans un univers à la fois familier (ses compos pour la plupart issues de « Ben’s Boy Hero & Prehistory » ) et totalement nouveau. La confrontation entre le duo et les cordes va donner un moment en apesanteur, hors du temps. Les morceaux sont enrichis et semblent naturellement avoir été composés dans ces conditions, et si on doit reprocher quelque chose à cette prestation c’est d’avoir su être suffisamment fructueuse et faire qu’à l’avenir cela risque d’être frustrant de voir le groupe se produire « nu » tant cette configuration leur sied à merveille et donne encore plus de relief à leurs compos. On peut saluer le travail de Mathieu Geghre (In Extenso) et Jean Emmanuel Caron qui ont fait un boulot remarquable pour les arrangements. Bref une réussite et un moment intense.

 

 Crédits :

  • Emmanuel Alarco : Guitare / Chant
  • Laurent Tamagno : Batterie / Chant
  • Jean Emmanuel Caron : Contrebasse / Arrangements
  • Mathieu Geghre : Piano / Claviers / Arrangements
  • Philippe Cauchefer : Violoncelle
  • Matei Ioan : Premier Violon
  • Josselin Charmillon : Deuxième Violon
  • Altin Tafilaj : Violon Soliste
  • Thomas Zagami : Ingénieur Son
  • Pierre Olivier : Ingé Lumière

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.