andromakers_ban

C’est encore une fois dans le cadre idyllique de la médiathèque Noailles que nous retrouvons aujourd’hui le duo electro-pop Andromakers.

Malgré un temps mi-figue mi-raisin, et entre deux magnifiques rayons de soleil, le duo aixois va pouvoir nous présenter ses nouvelles compositions. Car oui, Andromakers est sur la pente ascendante depuis quelques temps, depuis leur signature chez BMG mais surtout depuis l’annonce de la sortie de leur double Ep « Lanterns ». N’ayant pas pu participer à leur fin de résidence à la fondation Hartung Bergman et curieux d’entendre enfin leurs nouvelles compos en live, c’est donc tout naturellement que je me suis dirigé vers cette nouvelle date cannoise au cadre enchanteur.

Et comme à chaque fois, Andromakers nous ensorcelle et nous captive pas sa simplicité, ses mélodies et ses touches électro distillées à la perfection. Ce n’est pas compliqué, le set des deux aixoises est simple, efficace et seules quelques minutes suffisent à captiver l’attention du public, petits est grands. Car c’est bien là l’originalité de ces manifestations à la médiathèque Noailles : savoir attirer un public éclectique, intergénérationnel, rendant ainsi l’expérience si plaisante. Nous aurons donc la joie de pouvoir goûter aux dernières compositions du groupe et admirer leur prestations scénique mêlant sons électroniques et acoustiques. Ainsi les titres s’enchaînent avec une aisance déconcertante donnant vie au fur et à mesure à l’univers « brico-pop » d’Andromakers. Un univers dans lequel il est très facile de se laisser attirer mais tellement dur d’en sortir. Petite cerise sur le gâteau, la reprise de « La Mer » de Charles Trénet.

Une belle après midi donc, qui n’aura finalement manqué que d’une seule chose : d’un peu plus soleil.

(Crédits Photo : Romain Ferrero)

A propos de l'auteur

Rédac' chef, musicien passionné, graphiste et Dj de garden party sauvages.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.