Il y a des moments dans la pseudo-carrière d’un chroniqueur prépubère, où l’on se retrouve nez à nez avec un type qui a changé une partie du paysage musical. Lars Petrov est dans Entombed depuis le début, depuis 27 ans. J’ai 28 ans. J’ai essayé de ne pas montrer que j’avais un début de « caca dans le slip », de ne pas faire le fan-boy absolu, de préparer des petites question de métalleux-intello-qui-lit-des-livres-sur-ça… Pour au final finir par me faire moucher par un type charismatique, sympa, modeste, bourré (?), qui vit sa situation sans se poser de question, et qui a eu tellement pitié de moi qu’il a finit par m’interviewer 20 minutes et 1 litre de bière plus tard…

 

Salut Lars, merci de bien vouloir me recevoir. (Euh…ok. Merci. Santé!) Comment ça se passe cette tournée ?

Lars Petrov : Bien. C’est une tournée assez longue avec 38 dates et là après ce soir (NDLR : Le 1er Octobre – Concert à la MJC Picaud) on va enfin avoir 2 jours off, on va pouvoir souffler.

« Back to the Front » est sorti il y a presque un an maintenant. Comment ça se passe pour vous avec ce nouvel album, cette nouvelle formation ? Avez vous pris vos marques sur scène ?

Oui, aucun problème. C’est vrai qu’a la sortie d’un nouvel album, comme tous les groupes, il faut un peu de temps pour se rôder. Mais nous sommes plutôt content du résultat notamment sur scène. Ce soir on joue 4 ou 5 chansons tirées de cet album. On essaye d’alterner avec les anciennes.

Ce nouveau nom « Entombed A.D » ne vous empêche donc pas de jouer vos anciennes chansons ?

Non. Tu verras ce soir, le set-list touche un peu à toutes les périodes du groupe.

Nous sommes tous très curieux de voir ce que va changer cet « After Destruction » avec le départ d’Alex Hellid. Comment le vis-tu ? Un nouveau départ ? Un retour au source ?

A vrai dire… C’est toujours Entombed. Il y a toujours les quatre mêmes personnes motivées par le groupe et le projet. Nous avons envie de jouer. On ne veut plus attendre encore 7 ans avant le prochain album. Nous avons un peu brusqué les choses, certains pleurent, mais au final, nous fiasons ce que nous sommes supposés faire : sortir des albums et jouer en live. Et c’est ce que nous adorons faire (CHEERS MOFOCKER!).

Entombed est considéré comme étant un des piliers du très réputé death metal suédois, avec des groupes comme Grave ou encore Unleashed… Comment expliquez vous le succès et la longévité de la scène suédoise ?

Je ne sais pas. Je sais que nous sommes considérés comme tel, en France notamment. A vrai dire, nous ne réfléchissons pas trop. Je suis toujours très content quand un type vient me voir en disant « Wow, Entombed m’influence depuis des années », mais on se contente de jouer et si les gens aiment et que cela nous permet de continuer, alors c’est génial. On prend un peu l’aventure au jour le jour.

Alors vous êtes encore parti pour 10 ans ?

(Rires) Bien sûr. C’est notre vie. Il n’y a pas d’autres options. (RE-CHEEEEERS)

On qualifie aussi souvent Entombed comme étant un groupe « Old School ». Est ce que tu pourrais expliquer pourquoi ou comment Entombed sonne si « Old School » ?

Merde, ÇA c’est un sacrée question…. C’est quoi « old school » franchement ? (sourires)

Je ne sais pas. Je crois qu’on cherche tous.

Mais nous aussi. Pourtant, je suis absolument d’accord pour dire qu’Entombed sonne Old School… Je pense qu’on a osé changer les sons des guitares et… en fait, c’est cool d’avoir été dans les premiers ! Mais si tu écoutes bien, nous avons aussi des passages qui le sont beaucoup moins dans les derniers albums.

Ne me dis pas qu’Entombed peut devenir « New School »…

Disons plutôt… « New wave of the swedish old school band » (*Rires*) Ça pourrait le faire non ??

Qu’est ce que tu penses de la nouvelle scène métal ?

En fait, je ne prend pas vraiment le temps de découvrir de nouvelles choses, de nouveaux groupes. Chez moi, sur mon ordi j’écoute en boucle tout ces vieux trucs… Destruction, Sodom… Quand je découvre un groupe c’est plutôt parce que c’est diffusé autour de moi et que d’un coup je me dis « Putain… C’est bien ça. Qu’est ce que c’est ? ». Et à ce moment là, j’achète un album, mais je t’avoue que ça fait quelques années que ça ne m’est pas arrivé. Je crois que le dernier c’était Angel Corpse, il y a 4 ans à peu près.

Pas de coups de cœurs récents donc ?

(*Cherche un peu*)… Non. (*Rires*) J’aime beaucoup Repuked qui jouent en première partie ce soir. Encore une fois, c’est comme ça que je découvre de nouveaux groupes, je ne vais pas les chercher.

C’est la musique qui vient à toi !

Ouais. (Rires)

Après avoir tourné un peu partout où il était possible, est ce qu’il y a aujourd’hui un endroit où tu aimes particulièrement jouer ?

Pas vraiment, on aime jouer partout. Mais il y avait c’est vrai des endroits particulièrement cools : Afrique du Sud, Japon, Australie… Ouais. L’Australie c’était bien. Il y a du soleil (Rires). En fait, peu importe l’endroit où tu es dans le monde, les shows et les métalleux sont les mêmes. Tant qu’a faire, autant qu’il y ai du soleil. En tout cas, Cannes c’est une première pour nous. Tu habites ici ?

Euh… Non. J’habite à Nice.

Ha ouais… On a joué là bas en 1997 je crois. Dans un amphi théâtre extérieur en bord de mer (NDLR : Le Théâtre de Verdure). C’était vraiment cool. PROST !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.