The Body

No One Deserves Happiness

Thrill Jockey (2016)

 

 

C’est avec “No One Deserves Happiness”, album riche et impressionnant que le duo The Body revient sur le devant de la scène. Après avoir frappé un grand coup dans le milieu de la musique “post-dépressive” avec un premier opus mémorable, “All The Waters Of The Earth Turn To Blood”, Chip King et Lee Buford n’ont cessé de développer leur style unique pour atteindre l’excellence avec ce dernier album en tout point réussi.

The Body nous propose donc un disque à la fois poignant et surprenant. Les compositions sont ici d’un variété étonnante. Même s’il fait toujours appel à The Assembly of Light Choir, ajoutant ainsi cette sublime texture vocale, The Body se diversifie et va chercher des sonorités nouvelles. Le titre “Hallow / Hollow” est le meilleur exemple de ce que nous réserve The Body dans cet album. Un titre puissant, d’une lourdeur exceptionnelle, le tout servi par la voix criarde et pleine d’émotion de Chip King.
“Two Snakes” quant à lui nous dévoile une nouvelle facette de The Body, l’utilisation de TR808, de basse electro, nous présente donc une composition qui n’en reste pas moins d’une noirceur ultime, sublimement mise en valeur par des voix cristallines. Ce titre, d’une richesse magistrale, nous conforte dans notre idée que The Body vient de passer un cap.
Autre exemple de richesse musicale, le titre “Adamah” sur lequel nous retrouvons la voix éthérée et puissante de Maralie Armstrong (The Assembly of Light Choir), titre simple, efficace, qui laisse rapidement la place à “Starving Deserter”. Titre d’une lourdeur pachidermique, servi par ses cuivres et son ambiance unique, rappelant que The Body reste avant un tout un groupe possédant cette capacité déconcertante de composer des titres saisissants musicalement et émotionellement.

Pour ceux qui avaient déjà apprécié les nombreux travaux de The Body lors de leurs précédents albums et autres faits d’arme aux côtés de groupes tels que Krieg, Sandworm ou encore Braveyoung, “No One Deserves Happiness” vous bouleversera et vous confortera dans l’idée que la créativité du duo est sans fin. Un disque s’annonçant d’ores et déjà comme une oeuvre maîtresse dans la discographie du groupe.
Pour les autres, je ne peux que vous conseiller de laisser traîner une oreille (ou deux) sur ce disque, unique, qui mérite largement votre attention.

A propos de l'auteur

Rédac' chef, musicien passionné, graphiste et Dj de garden party sauvages.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.